Non classé

CONSÉQUENCES DES HARCÈLEMENTS DU COLLÈGE

Je vais vous raconter un fait divers réel, mais en changeant les noms. Je ne mentionnerais pas où ce fait s’est réellement passé, ce n’est pas important.

J’ai fait mon collège, dans l’un des pire du département, il y a de cela plus de 20 ans. Il n’y avait pas un jour où le camion de pompier ne venaient pas pour un élève blessé. Il n’y avait pas une récréation où il n’y avait pas une BASTON . Les élèves à chaque baston se rassemblaient autour des enfants qui se battaient. J’ai moi même eut mes lots de baston, attention, qu’avec des garçons, je ne tapais jamais les filles.. même si certaines ont essayé de me frapper, je les évitais et je leur montrais mon caractère, c’est sans doute comme ça que mon caractère s’est renforcé…

Je vais être honnête, la première année dans ce collège, j’allais pleurer dans les toilettes, c’était dur, d’une petite école, je me retrouvais là, avec la violence, je ne subissais aucun harcèlement… enfin la première semaine, j’ai quand même fini avec un oeil au beurre noir, qu’un mec m’a donné, mais dans mon malheur, lui par contre s’est fait disputé par tous les profs (on était dans la même classe) qui lui faisait la morale sur le fait de frapper une fille, c’est tout ce que j’ai eut, rien de grave. Le collège était le pire, car il était dans un quartier pourri de la ville, on devait éviter d’aller seule en bas du quartier chercher des bonbons car il y avait des tournantes dans les caves…

La première année fut dure, mais après je m’étais ressaisit et je me suis fait des amis avec qui je rigolais et qui venaient de ce quartier malfamé, donc quand y avait soucis, eux disaient « laisse là, elle est avec moi ». Je n’ai donc jamais eut de réel soucis, là bas.. enfin pas d’insurmontable.

Cependant, j’ai été témoin de harcèlement continuel. On se connaissait plus ou moins tous dans cet endroit, et un jour est arrivé ce jeune garçon, fils d’un homme qui bossait dans ce lieu, et que je connaissais … qui ne le connaissait pas d’ailleurs cet homme, con et pourri, mon dieu comme c’est pas permis. Il était la caricature d’un sportif, con comme un balai, méchant, hautain…, il rabaissait les garçons, les filles un peu parfois, les garçons s’ils voulaient être des hommes devaient être fort… Déjà avec un père pareil, l’enfant avait peu de chance dans sa vie… mais le pauvre est arrivé dans un collège où tout le monde détestaient son père…

Il a subit harcèlement quotidiennement à chaque récré, il était martyrisé physiquement et psychologiquement, on le retrouvait au toilette en train de pleurer. Ils étaient au moins cinq chaque jour à la récré de 10h et 16h. Je me souviens encore de ce jeune, avec son sac plus gros que lui, recroquevillé au fond des toilettes et pleurant. J’allais souvent le voir, on était plusieurs à essayer de faire partir ces jeunes qui le faisaient pleurer, mais nous n’étions pas toujours là, nous n’arrivions pas toujours à temps …
Tous les jours, je lui disais « parles en à ton père, à tes parents ». L’enfant pleurant me disait « mon père dit que je dois les affronter ça fera de moi un homme »… affronter quotidiennement plus de cinq enfants par jours, pas toujours les mêmes et même parfois une classe entière car dans sa propre classe, comme il avait de bonne note, il était aussi martyrisé.. Je vous l’ai dit plus haut, son père était con..
Je lui disais « va voir un pion », il me disait « c’est pire si j’en parle »… Cet enfant était coincé et cela dura toute ses années collèges, donc 4 ans. Cet enfants, était un ange, vraiment, un amour, il n’aurait fait de mal à personne.

On s’est tous perdu de vue, employant divers chemin… puis un jour, j’ai su, je ne me souviens plus très bien si on me l’a dit, ou si je l’ai lu sur un journal… Il avait tué d’une façon abominable un ado… quel était le motif? une envie de voir ce que cela faisait? une envie de se venger? une envie… juste une envie… on ne sait pas trop.

Son père, connu dans le coin, affronta l’affaire en Homme… lâche bien évidemment,il partit le temps du procès, déménagea loin de son fils…

Son fils, jugé coupable, il fit de la prison, et en sortit… ce qu’il est devenu? on en sait rien, par contre pourquoi il est passé à l’acte? on peut se douter… Harcèlement sur du long terme aussi bien physique que moral, un père qui n’a pas la lumière à tous les étages et qui pense qu’un Homme doit savoir se battre… Comment cet enfant aurait t’il pu s’en sortir?

Heureusement que toutes les histoires, ne se finissent pas mal. J’ai revu il y a peu un garçon que je connaissais du collège, et que j’avais admiré pour son courage. Une année, un enfant de ma classe, vola les clés du prof de français. Bien sur le prof de français su que c’était notre classe, et nous intima l’ordre de balancer qui lui avait pris son précieux objet. Sauf que l’enfant venait des quartiers malfamé, ce qui voulait dire que si on le balançait, on aurait de gros ennuis…
Le prof posa un ultimatum, soit on disait qui s’était, soit on se retrouvé avec un 0 pour l’année. Bien sur nous les élèves, nous sommes allés voir le jeune, en lui disant « putain arrête tes conneries, vas y donne lui les clés, t’es pas obligé de dire que c’est toi, tu les met sur le bureau, il les retrouve »… mais un jeune con, reste un jeune con…
Alors, un jeune garçon, tout timide, qui franchement, personne n’aurait pensé qu’il allait le balancer, alla dire qui était le coupable… bien sur cela devait rester anonyme… mais dans ce collège, tout se savait…
On su que c’était lui. Pendant longtemps, je n’ai pas su ce qui s’était passé par la suite, ce que je m’étais souvenu c’était lui, qui avait osé parler…
Il y a un an de cela, je l’ai retrouvé dans une Église, je lui ai dit « ouah, bravo pour ce que tu as fait à cette époque là », père de famille maintenant, il m’a dit « oui, mais j’en ai chié après, ça a été affreux, si c’était à refaire, je ne le referais pas »…

J’en ai plein d’autre d’histoire de collège et école, mais ces deux là sont les plus marquantes, car elle montre que ce n’est pas en instruction en famille que se passerait des choses pareilles, que l’école est le reflet d’une société et que notre société est malade, et violente, … Interdire à des familles d’instruire et les obliger à mettre nos enfants dans un monde violent, est impitoyable.

Mes enfants, jouent avec d’autres enfants, des plus petits aux plus grands, s’il y a soucis, en général petit (un qui aurait sans faire exprès, bousculer l’autre en courant ou… ) on le règle en parlant avec les enfants. Les parents ne se disputent pas pour ce genre de chose, ce qui arrive souvent à l’école, car à l’école, chaque parents conseillent aux enfants de se défendre en donnant des coups… mais en ief, pas besoin, on règle les soucis en discutant et en disant pardon, et chaque enfants assument son erreur. A l’école, les parents et enfants diront « c’est pas moi, c’est l’autre »… comment bien évoluer dans un monde pareil?

J’ai été élève, je suis parents, j’ai mis mes enfants au public et au privé, puis en ief, mes enfants ont donc tout connu . Le mieux pour nous est l’ief, car même si les soucis au public et au privé ne sont pas les mêmes, ils ne permettent pas l’épanouissement de l’enfants ni l’être humain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s