Non classé

CONSÉQUENCES DES HARCÈLEMENTS DU COLLÈGE

Je vais vous raconter un fait divers réel, mais en changeant les noms. Je ne mentionnerais pas où ce fait s’est réellement passé, ce n’est pas important.

J’ai fait mon collège, dans l’un des pire du département, il y a de cela plus de 20 ans. Il n’y avait pas un jour où le camion de pompier ne venaient pas pour un élève blessé. Il n’y avait pas une récréation où il n’y avait pas une BASTON . Les élèves à chaque baston se rassemblaient autour des enfants qui se battaient. J’ai moi même eut mes lots de baston, attention, qu’avec des garçons, je ne tapais jamais les filles.. même si certaines ont essayé de me frapper, je les évitais et je leur montrais mon caractère, c’est sans doute comme ça que mon caractère s’est renforcé…

Je vais être honnête, la première année dans ce collège, j’allais pleurer dans les toilettes, c’était dur, d’une petite école, je me retrouvais là, avec la violence, je ne subissais aucun harcèlement… enfin la première semaine, j’ai quand même fini avec un oeil au beurre noir, qu’un mec m’a donné, mais dans mon malheur, lui par contre s’est fait disputé par tous les profs (on était dans la même classe) qui lui faisait la morale sur le fait de frapper une fille, c’est tout ce que j’ai eut, rien de grave. Le collège était le pire, car il était dans un quartier pourri de la ville, on devait éviter d’aller seule en bas du quartier chercher des bonbons car il y avait des tournantes dans les caves…

La première année fut dure, mais après je m’étais ressaisit et je me suis fait des amis avec qui je rigolais et qui venaient de ce quartier malfamé, donc quand y avait soucis, eux disaient « laisse là, elle est avec moi ». Je n’ai donc jamais eut de réel soucis, là bas.. enfin pas d’insurmontable.

Cependant, j’ai été témoin de harcèlement continuel. On se connaissait plus ou moins tous dans cet endroit, et un jour est arrivé ce jeune garçon, fils d’un homme qui bossait dans ce lieu, et que je connaissais … qui ne le connaissait pas d’ailleurs cet homme, con et pourri, mon dieu comme c’est pas permis. Il était la caricature d’un sportif, con comme un balai, méchant, hautain…, il rabaissait les garçons, les filles un peu parfois, les garçons s’ils voulaient être des hommes devaient être fort… Déjà avec un père pareil, l’enfant avait peu de chance dans sa vie… mais le pauvre est arrivé dans un collège où tout le monde détestaient son père…

Il a subit harcèlement quotidiennement à chaque récré, il était martyrisé physiquement et psychologiquement, on le retrouvait au toilette en train de pleurer. Ils étaient au moins cinq chaque jour à la récré de 10h et 16h. Je me souviens encore de ce jeune, avec son sac plus gros que lui, recroquevillé au fond des toilettes et pleurant. J’allais souvent le voir, on était plusieurs à essayer de faire partir ces jeunes qui le faisaient pleurer, mais nous n’étions pas toujours là, nous n’arrivions pas toujours à temps …
Tous les jours, je lui disais « parles en à ton père, à tes parents ». L’enfant pleurant me disait « mon père dit que je dois les affronter ça fera de moi un homme »… affronter quotidiennement plus de cinq enfants par jours, pas toujours les mêmes et même parfois une classe entière car dans sa propre classe, comme il avait de bonne note, il était aussi martyrisé.. Je vous l’ai dit plus haut, son père était con..
Je lui disais « va voir un pion », il me disait « c’est pire si j’en parle »… Cet enfant était coincé et cela dura toute ses années collèges, donc 4 ans. Cet enfants, était un ange, vraiment, un amour, il n’aurait fait de mal à personne.

On s’est tous perdu de vue, employant divers chemin… puis un jour, j’ai su, je ne me souviens plus très bien si on me l’a dit, ou si je l’ai lu sur un journal… Il avait tué d’une façon abominable un ado… quel était le motif? une envie de voir ce que cela faisait? une envie de se venger? une envie… juste une envie… on ne sait pas trop.

Son père, connu dans le coin, affronta l’affaire en Homme… lâche bien évidemment,il partit le temps du procès, déménagea loin de son fils…

Son fils, jugé coupable, il fit de la prison, et en sortit… ce qu’il est devenu? on en sait rien, par contre pourquoi il est passé à l’acte? on peut se douter… Harcèlement sur du long terme aussi bien physique que moral, un père qui n’a pas la lumière à tous les étages et qui pense qu’un Homme doit savoir se battre… Comment cet enfant aurait t’il pu s’en sortir?

Heureusement que toutes les histoires, ne se finissent pas mal. J’ai revu il y a peu un garçon que je connaissais du collège, et que j’avais admiré pour son courage. Une année, un enfant de ma classe, vola les clés du prof de français. Bien sur le prof de français su que c’était notre classe, et nous intima l’ordre de balancer qui lui avait pris son précieux objet. Sauf que l’enfant venait des quartiers malfamé, ce qui voulait dire que si on le balançait, on aurait de gros ennuis…
Le prof posa un ultimatum, soit on disait qui s’était, soit on se retrouvé avec un 0 pour l’année. Bien sur nous les élèves, nous sommes allés voir le jeune, en lui disant « putain arrête tes conneries, vas y donne lui les clés, t’es pas obligé de dire que c’est toi, tu les met sur le bureau, il les retrouve »… mais un jeune con, reste un jeune con…
Alors, un jeune garçon, tout timide, qui franchement, personne n’aurait pensé qu’il allait le balancer, alla dire qui était le coupable… bien sur cela devait rester anonyme… mais dans ce collège, tout se savait…
On su que c’était lui. Pendant longtemps, je n’ai pas su ce qui s’était passé par la suite, ce que je m’étais souvenu c’était lui, qui avait osé parler…
Il y a un an de cela, je l’ai retrouvé dans une Église, je lui ai dit « ouah, bravo pour ce que tu as fait à cette époque là », père de famille maintenant, il m’a dit « oui, mais j’en ai chié après, ça a été affreux, si c’était à refaire, je ne le referais pas »…

J’en ai plein d’autre d’histoire de collège et école, mais ces deux là sont les plus marquantes, car elle montre que ce n’est pas en instruction en famille que se passerait des choses pareilles, que l’école est le reflet d’une société et que notre société est malade, et violente, … Interdire à des familles d’instruire et les obliger à mettre nos enfants dans un monde violent, est impitoyable.

Mes enfants, jouent avec d’autres enfants, des plus petits aux plus grands, s’il y a soucis, en général petit (un qui aurait sans faire exprès, bousculer l’autre en courant ou… ) on le règle en parlant avec les enfants. Les parents ne se disputent pas pour ce genre de chose, ce qui arrive souvent à l’école, car à l’école, chaque parents conseillent aux enfants de se défendre en donnant des coups… mais en ief, pas besoin, on règle les soucis en discutant et en disant pardon, et chaque enfants assument son erreur. A l’école, les parents et enfants diront « c’est pas moi, c’est l’autre »… comment bien évoluer dans un monde pareil?

J’ai été élève, je suis parents, j’ai mis mes enfants au public et au privé, puis en ief, mes enfants ont donc tout connu . Le mieux pour nous est l’ief, car même si les soucis au public et au privé ne sont pas les mêmes, ils ne permettent pas l’épanouissement de l’enfants ni l’être humain.

Non classé

ÉCOLE À LA MAISON : Comment procéder et mon expérience

Quand on envisage l’école à la maison, on se documente, et de nos jours avec la révolution d’internet, c’est beaucoup plus simple, on a toutes les informations, mais aussi des témoignages, de familles, de parents. Cela peut nous éviter des mauvaises expériences. En premier lieu la déclaration est obligatoire, en mairie et au DSDEN comme je l’ai mentionné dans mon article précédent. Si on ne fait pas cette déclaration, on risque 1500 euro d’amende. Ensuite, on est contrôlé par le maire une fois tous les deux ans, qui fait un rapport au DSDEN qui contrôle en fonction du rapport du maire. Le DSDEN contrôle chaque année, cela permet aussi de voir l’évolution de l’enfant, il est normal qu’un enfant ait un minimum d’instruction, le contrôle sert à détecter les enfants maltraités, le radicalisme ou ceux qui ne recevraient aucune instruction. Lorsqu’un contrôle se passe mal, l’inspecteur nous oblige à scolariser l’enfant sous 15 jours… autant vous dire que les dire du gouvernement sur le séparatisme et l’école est un mensonge monumental…
Si l’enfant a été scolarisé avant, il faut prévenir l’établissement scolaire que l’enfant n’ira plus à l’école, et leur demander de vous fournir un certificat de radiation, ils ont l’obligation de vous le fournir, il sert si on souhaite remettre l’enfant à l’école.

Faire école à la maison ou Unscholling est un DROIT. Il fait parti du droit constitutionnel, c’est à dire que niveau hierarchie, y a rien au dessus de la constitution, pour pouvoir changer ce droit, il faut en faire la demande au conseil constitutionnel, mais toucher à ce droit là, revient à dire que l’on perd notre entière liberté, touché à la constitution, c’est un peu comme vous faire cambrioler votre maison, on vous prend un droit pour lesquels nos anciens se sont battus et son mort! D’ailleurs c’est qu’en période de Guerre que l’on y touche, c’est vous dire, si un jour ça change… c’est qu’on est en guerre…

Voilà ce que dit la constitution:
L’ordonnance du 6 janvier 1959 reprend ces dispositions en les aménageant quelque peu puisque son article 3 précise que l’instruction obligatoire  » peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publiques ou libres, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix « .

LES COURS

Quand on décide de faire l’école à la maison, c’est avec des cours.

IEF : instruction en famille, l’enfant est instruit avec la famille, avec ou sans support pédagogique. Pas de cned réglementé, c’est en fonction de l’évolution de l’enfant et de la famille. À partir du moment où l’on descolarise l’enfant, on est en instruction en famille, car c’est un choix familial (Parents et enfants). L’avis de l’enfants est important, mais l’avis des parents l’est tout autant, car un enfant qui veut faire école à la maison, ne pourra le faire sans l’accord des parents, et un parents qui veut faire école à la maison, pourrait le faire sans l’accord de l’enfants, mais il ne contribueraient pas à son épanouissement. Pour que ça marche, Chaque membre de la famille (Père, mère, enfants) doit s’accorder, cela évite les déconvenues, les conflits.

Personnellement, j’aurai voulu faire école à la maison depuis la classe de CE1 de ma fille de 15 ans  (en seconde cette année), mais mon mari ne le souhaitait pas, le confinement lui a montré qu’il était possible non seulement de leur faire école à la maison, mais aussi et surtout que ce mode de vie était mieux pour notre famille. J’ai attendu donc 7 ans et un virus pour que cela puisse se faire, je n’ai pas pris cette décision avant car si nous ne sommes pas tous d’accord, cela créé des conflits que l’on peut éviter.  Puis comme je dis toujours, « tout vient à point à qui sait attendre ». 

L’APPRENTISSAGE

Il existe deux écoles:

École à la maison, HOMESCHOLING:

la famille va utiliser des supports réglementé ou non(CNED réglementé ou libre, livres scolaires,…) et va suivre le programme conseillé par l’ETAT . La plupart ayant pour but de leur faire passer les diplômes d’état (Brevet, Bac, Cap,…) . 
Ils ont donc des choix à faire pour leur cours: 

CPC : ce sont des cours par correspondance, et il en existe plein, Le Cned le plus connu et l’officiel. Les cours Legendre privé et catholique, ils sont très cher. Les cours griffon qui ne font que jusqu’au collège il me semble, … Il en existe plein, tous se valent plus ou moins, il y aura du bon et du mauvais partout.

Nous allons parlé du Cned qui est le cours par correspondance officiel, celui de l’Etat, ce qui ne veut absolument pas dire que c’est le meilleur!

CNED: le cned a deux formules, l’une gratuite et réglementé, peu de gens l’obtiennent car il faut avoir un avis médical et l’autre payante.

Le cned réglementé est très difficile à avoir, il faut monter un dossier, et l’envoyer au DASEN (Directeur Académique) qui décide si oui ou non l’enfant peut en bénéficier.

Les raisons qui peuvent vous donner accès au cned réglementés sont les suivantes:

  • Avoir un état de santé qui ne permet pas à l’enfant de pouvoir continuer les cours dans un établissement. La phobie scolaire, la santé physique ou mentale de l’enfant
  • La famille est une famille expatrié vivant à l’étranger.
  • La famille n’a pas de domicile fixe et vit sur la route
  • L’enfant a une activité qui lui prend beaucoup de son temps (Musique, sport,…)

À savoir que même si votre enfant rentre dans une des cases précédentes, ce n’est même pas sur que vous y aurez droit, cela passe en commission et des enfants handicapés n’y ont parfois même pas accès!!!

Il y a aussi le CNED libre et là il faut payer, les tarifs sont quand même élevé, pourtant c’est le moins cher des cours par correspondance (aussi appelé CPC). Beaucoup se plaignent du fait que c’est très chargé et trop scolaire, mais la plupart des familles commencent avec ce support pour ce rassurer. L’année en primaire c’est dans les 700 euro et le collège et lycée dans les 900 euro.

Nous, on utilise Lelivrescolaire.fr, certains des livres étaient utilisés dans le collège privé de mes enfants, ils sont comme cela, pas dépaysés et plus habitués. J’ai demandé poliment si je pouvais bénéficier des corrections de livres, comme le compte des professeurs, et cela m’a été accordé sous preuve que je faisais bien école à la maison. Les preuves sont les lettres que j’ai envoyé au Maire et au Dasen, et les dépôts de RAR, et aujourd’hui j’ai même les réponses du Dasen et du Maire qui peuvent servir aussi de preuve. C’est nécessaire pour que les parents d’enfants inscrit dans un établissement, ne puissent pas avoir accès aux réponses, pour éviter la triche.


UNSCHOLING :

c’est un concept: aucune école, l’enfant est instruit mais avec les expériences de la vie, le plus souvent dans la nature, oui, dit comme ça ça rappelle un peu mowgli, mais non du tout. Le but étant de faire évoluer l’enfant avec le côté pratique qui manque cruellement à l’école. Ces enfants connaissent les plantes, la cuisine, construction de cabanes en bois,… Ils n’ont aucun exercice, aucunes contraintes . En général pas de bureaux. Ils lisent beaucoup, et c’est aussi à travers leur lectures qu’ils évoluent . Beaucoup d’écrivains ont évoluer en unscholling, notamment Jane Austen. C’est un peu comme l’Ief, mais encore plus libre, ils ne suivent pas de cours, rien, c’est vraiment naturel.


NOTRE CHOIX

Au début, nous avions pensé au cned, mais quand on a vu les avis négatif, et le prix, aussi cher que ce qu’on payait en école privé pour les enfants, on s’est dit que l’on ferait autrement pour leur donner des cours. Oui nous avons choisi de continuer leur programme, ma fille a eut son brevet avec mention Bien, elle n’a pas l’objectif de rentrer dans une grande école d’élite, mais souhaite faire naturopathe pour « soigner les gens naturellement », elle fera d’autres formations pour avoir le plus de compétences possible en plus de naturopathe (je la forme aussi sur le magnétisme et le pouvoir des énergies).

Pour les cours nous suivons le site Lelivrescolaire.fr où les enfants ont des livres numériques et des cahiers d’activités et où l’on suit les cours comme s’ils allaient à l’école. Il y a des différences, une leçon peut durer 30 minutes, comme durer 2h, nous ne coupons pas une leçon ou rarement, nous la finissons. Notamment les cours d’histoire, espagnol, français. Un point doit d’être acquis avant de passer à la suivante, nous n’avons pas une contrainte de temps. L’avantage et donc que lorsque mes enfants ne comprennent pas, soit j’ai la solution et je les aide, soit on cherche une leçon plus explicite sur internet, en vidéo de préférence.


Les cours se font le matin, normalement 8h/12 ou 13h voire plus pour ma fille (au lycée) , et 9h/12h pour mon fils et l’après midi on fait des leçons pratique, ou des visites, rencontre,…
En langue (espagnol, anglais, ou chinois pour ma fille), les cours sont théorique, il y a de l’audio, et ils apprennent des chansons, regarde des séries en vo ou des films. Peu importe si la série ne leur plait pas, ils regardent pour comprendre la langue, en vo et sous titré vo pour voir l’écrit. Ma fille pour le chinois, elle regarde un épisode en vo sous titré français et regarde le même épisode après en vo sous titré vo, elle pratique depuis mars, et est quasiment bilingue, du moins elle le comprends très bien et le parle, elle a tout de même une prof de chinois et fait une heure avec elle chaque semaine. Ils ont aussi un professeur d’Anglais et font une heure chaque semaine. Les profs qu’ils ont, pour le chinois elle ne parlait pas français au début, maintenant si, et pour l’anglais, il ne parle pas encore un mot de français, donc ils n’ont pas d’autres choix que de parler la langue pour comprendre. Pour l’Espagnol, on le fait ensemble, puis il regarde une série. Ensuite il y a aussi Duolingo pour les aider à apprendre plus vite.

LA SOCIALISATION

Grâce au groupe d’ief (instruction en famille) de facebook, où les parents ont tous une façon différentes d’instruire les enfants, on contacte des professionnels pour qu’ils fassent cours à nos enfants sur des activités: escalade, équitation, anglais (nous sommes passés sur cour en visio pour notre part), communication animale, cours de plantes, d’histoires, musée, aquarium,…
On se réunit un après midi par semaine pour que les enfants retrouvent leurs copains et ensuite on se réunit pour une activité un après midi ailleurs, on créé des liens avec les uns…. Mes enfants n’ont jamais eut autant de vie sociales que depuis qu’ils sont à la maison! On a trois emplois du temps à gérer.
Pendant que nos enfants jouent, les parents (mères, pères) discutent, rarement d’éducation, mais d’un peu de tout, actualité, masque, nos projets, nos pensées, ça fait office de psy, on s’écoute, on échange, on apprend et on évolue, on rigole aussi beaucoup.
L’avantage dans cette socialisation, c’est que nos enfants ne jouent pas par catégories d’âge, mon fils joue avec des enfants de son âge, des plus petits, et l’autre fois il s’est même occupé un après midi entier d’un bébé, il était tout content de l’avoir porté . Ma fille c’est pareil. Les enfants ont entre 12 mois et 15 ans. Ma fille est la plus grande, mais elle prend pas aux discussions avec des mamans, il n’y a pas d’âge, l’important c’est la communication.

Une maman sur facebook a même créé un groupe d’ado en visio, tous les jours de 11h à 12h ils font des exercice de math entre ado de 5ième et 4ième, ils s’aident si besoin. C’est silencieux, ça bosse dur…, le soir la maman envoie les corrigés, les enfants se regardent travailler, ils sont 4.

Ils ont aussi, en plus des correspondants, par lettre écrite pour mon fils et mail, et seulement par mail et facebook pour ma fille.
Ils ont gardé contact avec leurs anciens camarades, mais, quand ils allaient à l’école, ils se voyaient peu avec leur camarade, mis à part aux anniversaires, et cela n’a pas changé… ils s’appellent beaucoup, mais c’est tout. Ils ont plus de contact avec des enfants d’ief. Mon fils geek, appelle souvent ses anciens potes pour des jeux switch, et se fait en plus des amis ief pour jouer.

Je peux témoigner, que le fait de supprimer l’école à la maison à cause des séparatismes, inquiètent les mamans d’origines arabes car en ief, c’est très rare la radicalisation. Entre nous, tous les terroristes ont tous été à l’école… Je vous raconterais d’ailleurs dans un prochain article, l’histoire d’un jeune que je connaissais, qui a tué de façon atroce un autre jeune… je vous raconterais le cheminement de sa vie pour vous expliquer ce qui l’a fait devenir un assassin, et pour le coup… c’est à cause du collège….