Ah vaste sujet et surtout sujet un peu tabou en France, il ne faut surtout pas en rire, ou en parler, si on parle d’une personne décédée, il y a un silence… de mort lol, et une gêne, un peu comme si on ne devait plus parler des personnes disparus…

Je viens d’une famille catholique, où effectivement le sujet était encore pire car si j’osais parler fantôme, on me faisait taire « tais toi » « ne dis pas n’importe quoi »,…

Lorsque ma mère est tombée malade, j’ai prévenu tout le monde qu’elle ne serait plus là après telle date, bon pour le cas de ma mère c’était simple, elle avait un cancer, et les fêtes de fin d’année arrivaient, et vous remarquerez que toute personne ayant une maladie reste en vie le temps des fêtes, ou d’un anniversaire ou de l’arrivée d’une personne qui viendrait de loin et qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps… Ce fut le cas pour ma mère, comme c’est le cas depuis des millénaires…

Comment j’ai aborder la mort avec mes enfants?

Ma fille avait sept ans quand ma grand mère est parti, d’une très belle fin d’ailleurs, je vous raconterais plus tard. Je lui ai expliqué, qu’elle ne verrait plus mamé (c’est le nom qu’on donne aux arrières grand parents) de visu, mais que lorsqu’elle voudrait la voir, il lui suffisait de lui parler et lui demander de venir la voir et elle viendrait en rêve. Ma fille à l’époque voulait voir son corps, mais ma mère, mon mari et d’autres me disaient « ça ne se fait pas »… (quand je dis qu’en France c’est tabou et qu’on est arriéré). Résultat des courses, ma fille a été très triste et n’a pas compris…, pour mon fils, il avait trois ans, et il était difficile de lui dire qu’il ne la verrait plus, vu qu’il l’a voyait… lol donc à cette époque je ne lui en ai pas parlé et il me disait ce que mémé lui disait.

Lorsque ma mère, qui a été une très bonne grand mère (à défaut d’être une bonne mère pour mon cas), est décédé, pour ce cas ce fut plus simple d’en parler à mes enfants car elle avait un cancer, on savait qu’elle allait mourir, on savait pas quand, mais sa mère décédée quelques années plus tôt, était venue la voir en rêve et lui avait dit « viens nous rejoindre ton frère et moi, c’est l’heure », elle est morte six mois après ce rêve qui lui fut bénéfique car il prépara ma mère à sa mort, et la famille. Pendant la maladie je disais à mes enfants: « si vous souhaitez encore voir mamy c’est maintenant, car elle va mourir », on en parlait beaucoup, ma fille avait dix ans, mon fils en avait sept et c’est l’âge de raison, l’âge où l’on ne voit plus les esprits… Donc il fallait lui en parler et je lui ait dit la même chose qu’à ma fille, sauf que lui a trouvé ça chouette, un esprit qui pourrait aller où bon lui semble, et voir qui il veut… donc il a fallu lui expliquer qu’on devait profiter de la vie pour faire plein de belle chose, et que lorsqu’il verrait mamy il lui dirait tout ce qu’il a fait ici.

Pour le cas de la mort de ma mère, l’homme des pompes funèbres, était jeune, plus jeune que moi, et avait un fils de cinq ans qui voyait les corps des personnes dont il s’occupait, et donc je lui ai demandé, si c’était gênant si mes enfants voyaient le corps, il m’a parlé de lui, de son fils, que du moment qu’on aborde la mort comme quelque chose de normal, il n’y avait aucun soucis. Du coup mes enfants ont vu leur grand mère, avec leur grand père, mon père a porté mon fils pour qu’il l’a voit car elle était haute. Ma fille était contente car elle aurait voulu voir son arrière grand mère et n’avait pas pu, mais là elle pouvait voir sa mamy. Il n’y a pas eut de pleur, ni pour mon fils, ni pour ma fille, car c’est le cycle de la vie, c’est normal, ni de peur, il y a eut des questions, des besoins de parler mais ça s’arrêtait là. Mon fils à l’enterrement n’était pas triste, et a pu mettre une rose dans le caveau, il me posait des questions et je répondais. Ma soeur aussi avait amené ses enfants et donc les petits enfants étaient tous présents pour soutenir leur grand père. Après ça, mon fils disait souvent le mot mort du style « c’est bon tu vas pas mourir » ou « c’est pas la mort », et ça choquait les gens, bon ok, c’est des phrases qu’il disait car il avait envie de parler de ce qu’il avait vécu, pas de la mort, mais de ses  sentiments. Il voyait sa grand mère et son arrière grand mère en rêve maintenant, et les voyait heureuses et le disait à son grand père.

Le film Coco de Disney peut aussi aider les parents à aborder la mort avec eux. Mais ce que j’ai appris, c’est surtout que l’enfant abordera la mort comme les parents l’abordent.
Un jour mon mari arrive et me dit « oh va falloir expliquer à notre fils la mort, il dit « mamy va mourir mais c’est pas grave » » je lui ai répondu « ah oui, je lui ai expliqué et dit que c’était pas grave, faut que je lui apprenne à ne pas le dire devant tout le monde car il risquerait de choquer les gens », Mon mari a été rassuré, il est comme moi, sauf que lui pense que nous sommes dans une matrice. Je ne considère pas la mort de quelqu’un comme grave, cependant ça me rend toujours triste d’entendre qu’une personne est décédés dans de graves circonstances, je pense toujours à son âme, et je prie pour qu’elle soit en paix. On ne doit pas pleurer pour expliquer cela à son enfant, car l’enfant sera triste, on ne doit pas non plus bâcler le sujet, un jour devant l’école j’ai vu une mère aller chercher son fils et lui dire « dépêche toi, mamy est morte on doit faire des courses », l’enfant disait « mamy est morte?  » avec un air d’étonnement, et la maman de continuer « ben oui elle est morte c’est comme ça » … comment dire que c’est pas comme ça qu’on aborde un sujet… j’ai eut de la peine pour cet enfant, et j’avoue ne pas avoir réagit tellement je suis restée mais sur le cul.

 

Les rêves de personnes décédés

Vous remarquerez que je parle des rêves, car ce sont les moments où moi et mon fils ont fait des voyages astraux et ont peu voir toutes personnes décédés. Ca n’arrive pas tout les jours (heureusement, on deviendrait fou), mais ma mère ou ma grand mère viennent à des moments clés de ma vie, ou des moments pour nous avertir de quelques choses, mais elles parlent toujours avec des sous entendues, et je me souviens de ma grand mère qui me prévenait que ma mère était malade et que je ne comprenais pas, et elle s’exaspérait « elle va mal » et moi je lui disais « mais qui? une personne que je connais? », oui car les esprit parle avec des codes et je suis pas toujours douée pour les comprendre.

Pour mon fils, ses rêves sont plus pour dire que tout va bien, qu’ils sont arrivés à bon port lol.

 

P1060491.JPG

 

Comment je peux savoir si c’est un rêve, ou un voyage astral?

C’est simple, c’est grâce aux sentiments, dans le voyage astral, on se sent libre, bien, tout est génial, beau, c’est un sentiment qui n’existe pas dans la vie, il y a des énergies à part, le rêve, c’est un rêve, c’est son subconscient qui parle.

Certains me dise « oui tu rêves en fait », des rêves qui viennent me montrer ma future maison, me dire qu’il y a un soucis ou … certains me disent, c’est ton subconscient,..
Pour eux de toute façon c’est pas mon rôle de les convaincre, et surtout chacun pensent ce qu’ils veulent. Umberto Molinaro un écrivain que j’ai vu en conférence, a un jour dit à un des sceptiques qui étaient présent et ne cessez de lui dire « mais c’est faux tout ça », il lui a répondu  » Et alors? si moi ça me fait du bien de penser quelque chose de ce genre, qui ça dérange? on fait du mal à personne, et nous ça nous fait du bien », eh bien moi c’est pareil, peut être que tout ce que je vois est faux, peut être que rien n’est réel, mais si ça me fait du bien, qui ça dérange? une chose est sure, si plus de monde voyais ce que je vois de la mort, elle ne serait plus tabou et l’on vivrait plus heureux.

Paradis vs Enfer

Lol, paradis et enfer, ça n’existe pas telle qu’on se l’imagine, c’est compliqué à expliquer, et je vous conseille, si vous souhaitez connaître l’après vie, de voir les films Nossolar (mes enfants l’ont vu à 7 ans, ça a bien aidé, j’aurai dû d’ailleurs commencer par ça, c’est un film chilien qui veut dire « Notre demeure »), et Au delà de nos rêves.  Nossolar est peut être un peu plus sombre alors ne le montrer à vos enfants que s’ils n’ont pas peur, commencez plutôt par leur montrer Au delà de nos rêves, ou mieux, regarder les deux et voyaient selon vos enfants. Nossolar est un film tiré d’une histoire vraie, c’est un esprit qui raconte à un voyant l’après vie, ce que lui a vécu, et c’est bien car c’est un esprit qui a commencé par … ce que vous appellerez « l’enfer », c’est en fait tout simplement être bloqué dans son soi, ne pas arriver à avancer. Au delà de nos rêves ce n’est pas une histoire vrai, mais sincèrement on pourrait le croire, car c’est exactement comme cela l’après vie, sauf le cas des suicidés, il est faux de penser qu’un suicidés va direct dans le côté négatif.

Ce qu’il faut savoir, et c’est bien expliqué dans Au delà de Nos rêves, c’est que l’âme est libre et invente ce qu’elle souhaite, je sais pas si vous avez déjà rêver que vous voliez, eh bien c’est ça, ce sentiment de liberté, de beau,… c’est la mort. Si une personne est libre dans sa vie, elle le sera aussi dans sa mort. Si une personne est mal à l’aise dans sa vie, elle le sera d’autant plus dans sa mort et peu importe la mort. Un exemple, un suicidé qui aura préparé sa mort, il partira en paix et arrivera direct dans ce qu’on appelle le paradis, la liberté, si au contraire il s’est suicidé parce qu’il se sentait mal, ben forcément il sera mal dans sa mort et restera bloqué, bloqué dans son âme et son après vie et ça peut durer des années, mais c’est jamais définitif, car un âme fini toujours par comprendre.

Une personne qui meurt d’une maladie peut aussi se retrouver dans un cloisonnement de son âme dans la mort, sauf si on l’a averti qu’elle allait mourir, ou qu’elle le sentait et qu’elle s’y ait préparer. Ça me rappelle la mort de mon oncle, il avait un cancer et est mort rapidement, en trois mois, le problème est que toute la famille le savait, sauf lui, personne n’a voulu lui dire qu’il allait mourir, un jour avant de mourir il a dit à ma grand mère « j’ai un cancer, mais t’inquiète pas je vais vivre », on lui avait fait croire car c’est courant en France, c’est soit disant pour ne pas le perturbé ou qu’il perde espoir, sauf que tout ce cheminement de colère, de désespoir est aussi un chemin pour accepter sa mort, et du coup quand il est arrivé de l’autre côté, ma grand mère a fait un rêve où elle l’a vu perdu, ben forcément qu’il était perdu, il pensait vivre et il meurt …  C’est pour cela qu’il est important d’avertir la personne qui est malade qu’elle va mourir, au moins elle a les clés en mains, et elle mourra en paix.

Je parlais plus haut de la belle mort de ma grand mère, la veille, elle a vu un homme, elle ne dormait pas, elle était éveillé, d’ailleurs un homme était aussi venu voir mon oncle quelques heures avant de mourir. Cet homme lui montrait tout ses enfants et petits enfants, et qui lui disait qu’elle avait une belle vie (on appelle cet homme la faucheuse, mais il n’est pas comme on le voit avec une cape et tout le tralala qui fait peur lol), cet homme n’est vu que des personnes qui vont mourir, et dans le cas de mon oncle et ma grand mère on leur a dit « mais non y a personne », ben oui en France faut pas parler de ce qu’on ne voit pas…
Le lendemain ma grand mère s’est réveillée, a pris son petit déjeuné, a toussé et est parti, comme ça, son âme s’est échappé par la bouche, sans souffrance. Connaissant ma grand mère, elle ne serait pas parti sans manger son petit déjeuné qu’elle adorait lol. Elle est parti en paix, je le sais car la veille de son enterrement, elle avait fait venir à la chambre funéraire toute la famille pour la voir une dernière fois, en rêve, mais personnellement moi j’ai été consciente et j’ai pu voir quelque chose de magnifique.

Dans la mort, le plus difficile, ce n’est pas de mourir, c’est d’accepter de partir.

Dans la vie le plus difficile, c’est d’accepter que la mort en fasse parti, que les personnes nous quittent et d’être heureux pour eux. 

Dans certaine religion et tribu, la mort est une fête, on célèbre cela, on leur dit au revoir en parlant d’eux et en rigolant, ça ne se ferait pas dans les pays occidentaux car on prendrait cela pour un manque de respect, hors, le manque de respect est de les pleurer.
Dans Au delà de nos rêves, l’homme mort ressent la tristesse de sa femme, eh bien c’est pareil. D’ailleurs vous remarquerez aussi que certain enterrement ont des bonnes énergies, on se sent bien sans pouvoir l’expliquer, l’esprit partit revient pour aider les gens à accepter sa mort car cela lui fait du mal. Mais le fait qu’il revienne, ne l’aide pas à avancer, donc ne pas accepter la mort d’une personne c’est lui manquer de respect.
Parfois les personnes décédés qui sont parti sans le savoir, ou ne comprennent pas leur mort, ont un sentiment de tristesse qui se ressent aussi dans leur enterrements.

Ah la mort de ma mère, une dame a mis un mot sur sa tombe, que mon père a beaucoup apprécié:

La mort n’est rien : je suis seulement passé, dans la pièce à côté.

Je suis moi. Vous êtes vous.

Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné.

Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait, n’employez pas un ton différent.

Ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été, sans emphase d’aucune sorte, sans une trace d’ombre.

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin. »

C’est un poème traduit de l’anglais Henry Scott Holland, chanoine anglais.

 Death is nothing at all, I have only slipped away into the next room.

I am I, and you are you.

Whatever we were to each other, that we still are.

Call me by my old familiar name, speak to me in the easy way which you always used, put no difference in your tone, wear no forced air of solemnity or sorrow.

Laugh as we always laughed at the little jokes we shared together.

Let my name ever be the household word that it always was.

Let it be spoken without effect, without the trace of a shadow on it.

Life means all that it ever meant.

It is the same as it ever was.

There is unbroken continuity.

Why should I be out of mind because I am out of sight?

I am waiting for you, for an interval, somewhere very near, just around the corner.

All is well. »

Ce poème résume ce qu’est la mort, on peut être triste de voir une personne partir loin, mais n’est-on pas heureuse de sa nouvelle vie? Dans tous les cas, on se revoit tous un jour ou l’autres, vivez votre vie, faites de vos rêves une réalité pour avoir quelque chose à leur raconter.

 

P1060490.JPG

 

Peut on croire à une vie après la mort? 

 

Qui pourrait nous interdire d’y croire? Il y a des témoignages de mort imminente, de personnes ayant été déclarée morte et ayant vécu des choses, et bien que je n’ai jamais vécu de mort imminente, je vis ces choses régulièrement et c’est vraiment plus que merveilleux, avec des sentiments que l’on éprouve pas dans notre vie, des sentiments nouveau, un visuel nouveau bien plus extraordinaire que ce qu’on peut imaginer. Les témoignages diffèrent, les personnes ayant vécu ce que l’on appelle des Emi, voient une personne de leur famille, ou une personne qui les guides,.. il y a de plus en plus d’étude sur le sujet. Il y a ceux qui témoignent des expériences de EMI et ceux qui vivent des choses « bizarre » après la mort d’un proche, ceux qui reçoivent un appel juste après le décès, ou ceux qui sentent encore la présence de la personne décédés avec des objets qui bougent, des signes qu’elle est présente….
Rien n’est officiel, et tout peut être interprété selon les personnes, tout peut avoir une explication et tous peut avoir leur opinion.

Donc pour répondre à la question « peut on croire à une vie après la mort?  » le mieux est pour ceux qui ont envie d’y croire, de se documenter à ce sujet, pour ceux qui ne veulent pas y croire et me pense cingler, de continuer de le penser, dans les deux cas il n’y a pas de personnes qui ont raison ou qui ont tort, l’important c’est bien d’être au mieux dans son âme et dans sa tête.

 

P1060504.JPG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :