Livres, Non classé

LE LION DE KESSEL

 

Vous trouverez le résumé des chapitres sur mon autre site , Emilie lit pour vous:

https://emilielitpourvous.home.blog/2018/04/29/le-lion-de-kessel/

Cuisine, Halloween, Non classé

COLCANNON REVISITE AU COOKEO

C’est une spécialité Irlandaise, qui se sert à Halloween, la tradition veut que l’on cache une pièce dans une assiette et que celui qui l’a trouve ait une période de chance, un peu comme notre traditionnelle fève dans le gâteau des rois.
Normalement c’est une purée végétarienne, ne contenant que des patates du chou vert, du lait, de la crème fraîche et du beurre.

Le livre Cuisiner au robot cuiseur a revisité cette recette traditionnelle en y ajoutant de la poitrine fumée et un oeuf.

INGREDIENTS

  • 600g de pomme de terre
  • 300g de chou vert
  • 6 fines tranches de poitrine fumée
  • 20cl ou 200g de lait
  • 100g de fromage à la crème type st morêt, philadelphia, ce fromage remplace la crème fraîche, c’est moins gras.
  • 100g de fromage râpé type cheddar ou mimolette, pour parsemer sur le dessus du plat à la fin de la cuisson, au moment de servir
  • facultatif sel et poivre, personnellement je n’en ai pas mis, le st morêt étant très salé et la poitrine fumée aussi.

 

P1020615.jpg

 

RECETTE

Eplucher et couper en petit cubes les pommes de terres, Emincer le chou et si vous y arrivez couper en lamelle les tranches de poitrine.

Allumer le cookeo et aller dans le mode manuel, cuisson classique fonction dorer.

A la fin du préchauffage, placer les tranches de poitrine, nul besoin d’ajouter de gras car la poitrine est déjà grasse. Faire revenir 3 minutes et ajouter par la suite le lait et le fromage, pour que tout le liquide s’imprègne de la saveur de la poitrine.

 

P1020617.jpg

 

Incorporer ensuite les patates et le chou et si vous le souhaitez ajouter le sel et le poivre.

 

P1020618.jpg

 

Appuyer sur ok pour arrêter la fonction dorer et passer à la cuisson sous pression en suivant les instructions du Cookeo. Cuire 7 minutes à la cuisson sous pression.

 

P1020621.jpg

 

Ajouter avant de servir le Cheddar ou la mimolette par dessus en écrasant et en mélangeant le tout.

Le livre conseille d’associer ce plat avec un oeuf poché si vous savez les faire, ou des oeufs tout simplement. Cela rendra le plat plus complet car il ne contient que du fromage, du gras (la poitrine fumée), des féculents (les patates), et des légumes (le chou), il manque les protéines qui seront apporté par l’oeuf.

Bonne dégustation!!!

MON AVIS

  • Ce que j’aime:

C’est un plat original et bon, j’ai pu faire manger du chou à mon fils, sans qu’il s’en aperçoivent, lui qui aimait ça avant, rentre dans une période où il n’aime plus rien ou presque, sauf si c’est son papy ou sa tante qui le cuisine. Vous l’aurez deviné, ici on a tous adoré, on l’a accompagné d’oeuf poché que j’ai eut du mal à faire lol, je suis vraiment nulle en cuisine.

  • Ce que j’aime moins: 

Rien, c’était vraiment très bon

Biscuit, Non classé

MADELEINE FERRANDI

Je suis une nulle en cuisine, donc lorsque je vais à la bibliothèque j’emprunte souvent des livres de cuisines. J’ai pris Pâtisserie de l’école Ferrandi, avec toutes les techniques et recettes. Ferrandi pour moi ça ne me disait absolument rien. C’est mon amie Amélie L’hôte qui m’a expliqué que c’est « THE ECOLE DE PATISSERIE », extrêmement chère, mais les jeunes qui en ressortent, finissent dans des palaces. Je compte me prendre le livre car ce sont de véritables cours de pâtisserie, et les recettes simples que j’ai faites sont excellentes, comme c’est le cas des Madeleines.

INGREDIENTS pour 20 biscuits

  • 100g d’oeufs
  • 115g de sucre
  • 15g de miel
  • 80g de lait tiède
  • 180g de farine
  • 6g de levure chimique (ou une pincée de bicarbonate)
  • 250g de beurre fondu
  • Quantité suffisante de vanille
  • 1/3 de zeste d’un citron.

 

P1030361.JPG

 

RECETTE.

Dans un saladier mélanger les oeufs, le sucre et le miel.

 

P1030362.JPG

 

Faire tiédir le lait à 20°, il faut utiliser un thermomètre de cuisine.

Ajouter le lait au mélange et incorporer ensuite la farine tamisée ainsi que la levure chimique ou le bicarbonate.

Verser le beurre fondu et la vanille, râper le zeste du citron au dessus du saladier.

 

P1030364.JPG

Garder la pâte au frais 1h30.

Après cette pause, le livre, propose de remplir les moules à madeleine avec une poche à douille, rien de plus étonnant venant d’une école qui prône la perfection. Cependant je trouve cela inutile, ça fait plus de vaisselle, et c’est une perte de temps, pour un rendu tout aussi bien. Dans un moule préalablement beurré et fariné (c’est plus facile pour démouler, mes moules à madeleine silicone attache). J’ai rempli au 2/3 à la cuillère à soupe.

 

P1030365.JPG

 

A cette étape, l’école donne comme astuce de congeler légèrement pour obtenir une jolie tête. Personnellement je ne l’ai pas fait, je ne faisais pas ses biscuits pour la reine d’Angleterre, et puis même si c’était le cas, j’aime la simplicité.

Mettre au four à 190° (th 6/7), pendant 10/12 minutes. A l’école, après cuisson, ils enveloppent les madeleines dans du film alimentaire, surement pour garder le moelleux. Je ne l’ai pas fait non plus, d’une parce que la chaleur va mouiller le film et les biscuits et j’aime pas quand mes madeleines sont humides, j’aime qu’elles soient moelleuse et consistante, donc j’ai mis dans une boite plastique et même le lendemain c’était encore bon. J’en ai même oublié deux en dehors de la boite, trois jours après elles avait à peine durcit, mais elles étaient encore mangeable et je me suis pas gênée, pour les mettre en bouche.

Ils sont pas parfait, mais  le goût y est.

Bonne dégustation.

 

MON AVIS

  • Ce que j’aime: 

Les madeleines sont excellentes, j’en ai rarement fait des aussi bonnes, et pourtant j’en ai fait souvent. Cette recette va devenir The recette pour ma part. Tout est bien expliqué dans le livre, avec les astuces, pour plein d’autre recettes aussi, c’est pour ça que je vais me le prendre, ça m’apprendra, et ça apprendra aussi à mes enfants quand ils voudront faire une recette de pâtisserie ou biscuits ou autres. Alors le livre s’appelle pâtisserie, mais la madeleine et autres biscuits de notre enfances se trouvent dans le chapitre desserts simples… Je dois vous avouer, c’est peut être mon côté morfale gourmande, mais sincèrement on me donne en dessert une madeleine… je serais frustrée, et surtout dans un grand palace où j’attendrais d’eux un truc un peu plus extraordinaire. La madeleine c’est pour moi un goûté, un biscuit à thé, à café, pourquoi pas à la fin d’un repas, mais en dessert, je me dirais où est l’arnaque.

  • Ce que j’aime moins:

C’est une recette simple, mais dû fait que ça soit une grande école d’excellence, ils en ont fait une recette un peu plus compliqué, avec l’utilisation de la poche à douille, congelé pour que ça soit parfait, même si je ne les ai pas fait, ça montre la perfection des recettes du livres. C’est peut être aussi pour ça que j’aime bien, car ça donne des astuces, si un jour j’ai du temps, si un jour je recherche une recette de perfection, je sais que je trouverais dans cette bible de douceurs.

Non classé

INTERVIEW MICHEL ROUSSEAU

Michel Rousseau est un réalisateur, vous pourrez voir son premier cour métrage « Les gardiens de la matrice » sur Viméo (https://vimeo.com/ondemand/lgdm/195778417) et son premier documentaire (https://www.youtube.com/watch?v=vjv4TyZr2wQ).

Accompagné de son acolyte Marc Gray, il présente son deuxième documentaire qui est sorti le 19 avril à 19h. Marc est venu passé une semaine chez Michel comme dans le premier documentaire, pour filmer les moments où ils présentent ensemble. Ensuite Michel a réaliser le documentaire en faisant la présentation, la musique, les voix off,…
il est polyvalent, il était donc intéressant de l’interviewer dans mon blog, pour essayer de mieux connaître cet homme plein de talent (bon ok c’est aussi mon mari, donc ça aide pour l’interview lol)

Si vous souhaitez voir la vidéo, elle dure 2h20:

J’ai déjà fait un article sur lui à la sorti des gardiens de la matrice, vous trouverez l’article ici: https://emilievousdittout.blog/2017/01/07/les-gardiens-de-la-matrice/

Michel, votre documentaire sort le 19 avril à 19h, pourquoi un horaire aussi précis ?

19 avril correspond à 19.4 et il manquait plus que le 7 pour former 1947, 7 étant l’heure à laquelle sera diffusée le documentaire. Evidemment il s’agit d’un clin d’œil pour montrer que tout a son importance et vu que l’idée de ce documentaire est de montrer que nous vivons dans un programme paramétré, il était important pour moi de montrer que nous devons essayer de contrebalancer ce pouvoir en choisissant nous-même de programmer notre avenir et de ne pas laisser les choses se dérouler par le pur hasard.

1947 correspond à un véritable programme, un plan planifié dont l’une de ses racines est la mise en place effective du nouvel ordre mondial. La société d’aujourd’hui tente de nous réduire à de simples consommateurs passifs dépendants d’un système. Il est important que chacun de nous se sente actif et programmer de A à Z ce documentaire est important concernant cette réappropriation du pouvoir que l’on tente de nous arracher au quotidien.

1947, justement, pourquoi avoir choisi cette date ?

Au lendemain du premier documentaire « sous les traces des Gardiens de la Matrice », début 2017 j’ai dit à Marc : on va fêter dans quelques mois les 70 ans de l’affaire Roswell. Ca serait peut-être le moment de faire un documentaire complet sur ce sujet car il y a eu tellement de rebondissements au cours des décennies sur cette affaire qu’on pourrait faire un point. Dès les première recherches, nous nous sommes rendu compte que cette histoire s’inscrit dans une mécanique orchestrée. Nous nous sommes vite rendu compte que nous ne pouvions pas parler de Roswell sans une certaine mise en contexte des événements et de là, tout s’est imbriqué comme des poupées russes et une logique s’est alors ouverte à nous. A la fin du documentaire, lorsque je répertorie les événements qui se sont déroulés cette année là on se dit que tout cela ne peut pas être un pur hasard. Tous ces événements forment un schéma, un plan qui est toujours en fonction aujourd’hui.

Vous aviez sorti Les Gardiens de la Matrice en 2017, ainsi qu’un documentaire dans la foulée « Sur les traces des Gardiens de la Matrice »,là vous sortiez 1947, est ce qu’il y a un lien entre eux ?

Le point commun que je mets en avant dans toutes mes productions, aussi bien films que documentaires, c’est de montrer que notre libre arbitre est une pure illusion. Nous vivons dans un décor dans lequel l’être humain se croit maître de la chaine alimentaire et l’espèce la plus intelligente de la planète. Tout cela n’est que paillettes. Bien entendu cela demande un effort considérable pour s’en rendre compte puisque tout est fait pour nous en dissuader. En tant que réalisateur, je pense qu’il est de mon devoir d’expliquer cela au travers de mes productions. Les documentaires complètent les films en rappelant au spectateur que tout cela se base sur du concret, du réel. Ensuite c’est à chacun de reconstituer le puzzle. C’est à chacun de faire son cheminement intérieur. Mon rôle est de fournir une boîte à outils en quelque sorte et de ne surtout pas « imposer » quoi que ce soit, juste pointer du doigt et fournir les pièces du puzzle.

 

Avez vous d’autre projet de prévu ?

Mon gros projet en cours est la réalisation d’un film de science-fiction en y incluant bien entendu comme toujours les thèmes qui me sont chers. Le projet s’appelle Vortex. Cette fois il est question de montrer que nous ne sommes conscients que d’une réalité en 3 dimensions et j’offre la possibilité à un personnage de pénétrer d’autres dimensions comme s’il était dotée de lunettes lui permettant de voir l’invisible. Le projet a demarré en février 2017. Je sais que ça va encore représenter des années de travail étant donné que je m’occupe du scénario, de la réalisation, les effets spéciaux, la conception de décors et personnages 3D, la musique, le montage etc… Il ne s’agira pas d’une suite des Gardiens de la Matrice même si mis bout à bout les projets démontrent encore une fois une certaine cohérence. En tous cas, ce projet sera beaucoup plus poussé que Les Gardiens de la matrice qui n’était en quelque sorte qu’un « test ». Fa ce au succès des Gardiens de la Matrice, simple court métrage de 40 minutes dont je n’ai fait aucune promotion, je suis persuadé que les possibilités sont sans limites. Aussi fou que cela puisse paraître, on peut aujourd’hui mener à bout un projet seul, sans se plier aux règles des médias rois. Je suis très fier de faire un parcours sans avoir besoin de me soumettre aux autres ou de faire des concessions. Que l’on aime ou que l’on déteste mes productions, je porte ma casquette jusqu’au bout, j’assume tout de A à Z.

Dans votre premier court métrage, nous pouvons voir votre femme, votre fille ainsi que vous même jouer un rôle, pensez vous les refaire tourner dans votre prochains film ?

Oui j’inclue encore dans Vortex des personnes de ma famille. Tout cela poursuit ma philosophie et ma logique : je raconte une histoire en y incluant du réel. Je ne sais pas comment j’évoluerai dans quelques années mais actuellement je ne me sens pas d’engager des acteurs que je ne connais pas. Il y a aussi le fait que je souhaite que les acteurs ne jouent pas un rôle mais soit eux même. Je connais très bien ma famille et quand on appuie sur le bouton enregistrement je tiens à ce qu’ils réagissent comme ils le font dans la vraie vie. Je sais comment ils sont au quotidien lorsqu’ils se mettent en colère, éclatent de rire ou sont tristes. De cette manière ils n’ont pas besoin d’imiter quelqu’un, de surjouer ou de faire du Hollywood. Si à moment je sens qu’ils « cherchent » leur rôle, je leur dis « stop », tu ne réagis pas comme ça normalement dans la vraie vie, mets toi vraiment en colère comme tu le fais à la maison quand tu pètes un cable.

Pourquoi choisir des thèmes sur les extra terrestre et les ovni ?

Mes productions parlent avant tout d’éveil.
Le phénomènes extra terrestre lui n’est une infime composante, un simple thème mais il est indispensable pour comprendre cette idée de faux libre arbitre et évoquer le pouvoir invisible. Il est important de montrer que tout est lié dans la programmation ou plutôt le scénario que nous vivons. Le documentaire sur l’année 1947montre très bien cela.

 

Avez vous eut vous même une expérience dans ce domaine ?

Personnellement non. Même si j’ai vu des phénomènes lumineux étranges quelquefois dans le ciel, je doute beaucoup de moi même et me contente d’une simple remarque du style « c’était vraiment étrange » mais je ne m’amuse pas à répertorier ou me vanter d’avoir vu quoi que ce soit. Il n’empêche que j’ai beaucoup de respect pour les témoins qui eux sont bouleversés par ce dont ils ont assisté. Ce n’est pas parce que moi je ne l’ai pas vécu que le phénomène n’existe pas et j’ai du mal à comprendre les gens qui disent « moi je suis comme St thomas, tant que j’ai pas vu, je n’y crois pas ». Ce à quoi je leur réponds : tu n’as jamais rencontré le Président e la République et pourtant jamais tu ne renieras son existence. Si les gens réagissent ainsi c’est tout simplement parce qu’ils ne se sont pas documentés sur le sujet de manière approfondie pendant des années. J’irai même plus loin en disant que les termes OVNIs et extra terrestres sont tellement réducteurs. Il y a des centaines de témoignages, probablement des milliers de personnes ayant vu des appareils sortir de la mer ou d’autres pénétrer des montagnes. Ce n’est donc même pas forcément « extra » terrestre mais parfois intra terrestre. La seule chose dont nous sommes surs c’est que nous ne savons finalement pas grand chose de notre monde. Ce n’est pas en se servant de 5 sens ridicules et en réalisant des expériences scientifiques que l’ont peu affirmer avec certitude « le monde est comme ça, point à la ligne ». Chaque jour de nouvelles découvertes remettent en cause notre savoir, même encore aujourd’hui. Ce n’est pas en se mettant des œillères et des barrières qu’on arrivera à évoluer et comprendre notre monde, bien au contraire, je pars du principe que tout est possible et que nous ne percevons qu’un millionème de la vérité. C’est justement ça le but de toutes mes productions. Le monde est bien plus vaste que ce que nous humains percevons.

Connaissez vous personnellement une personne ayant eut une expérience avec les extra terrestre ?

De manière intime, non. Mais j’ai pu interviewer des gens à qui il est arrivé des phénomènes incroyables et en présence d’autres témoins. Regardez le témoignage de Prospera Munoz dans mon nouveau documentaire, vous allez vraiment être surpris.

Vous faites tout dans les court métrage et les documentaire de A à Z, vous travaillez de plus à côté comme comédien voix off, vous êtes père de famille, comment arrivez vous à concilier vie de famille, vie professionnel et loisir ?

Il n’est pas facile de concilier tout ça. Les journées ne font que 24h et je suis souvent très fatigué mais comme je l’ai dit plus haut, je préfère être actif dans ma vie plutôt que chercher à m’enrichir de futilités. Ma famille sait que je suis passionné et que je me mets toujours à 200% dans mes projets. Toutes mes journées sont bien remplies. Même si je devais mourir demain, je me dis que j’aurai eu la chance d’avoir cette liberté car je fais avant tout ce dont j’ai envie, même si c’est très dur à gérer au quotidien. Notre nouveau documentaire devait à l’origine sortir en 2017, il représente 11 mois de travail au final. Aujourd’hui je suis épuisé par ce qui au final se résume en un document de 2h30… C’est assez vexant de voir que cette somme de travail ne représente qu’un documentaire qui sera avalé en seulement 2h30.

N’est ce pas trop dur pour votre famille ?

Il n’y a pas de langue de bois dans ma famille. Si quelque chose ne va pas, on attend pas des mois ou des années avant de tout déballer. C’est ce qui fait notre force je pense. Et nous sommes à la fois très libres. Chacun sait que je travaille avec passion. Quand mes enfants sont nés, je faisais beaucoup de musique par exemple, je composais beaucoup ; Aujourd’hui j’ai du mettre de côté la musique car j’ai 2 métiers, comédien voix off et réalisateur. C’était impossible de cumuler les autres, il a fallu faire un choix sinon, je n’aurai clairement plus eu de temps avec ma famille. Après la sortie d’un projet, c’est là où l’on peut aussi faire une pause pour se retrouver. Dès que ce nouveau documentaire sera sorti, il est indispensable de faire une pause pour décompresser et reprendre de l’énergie.

Pensez-vous qu’il y aura une suite au gardiens de la matrice ?

Non car les gardiens de la Matrice est avant tout un concept unique. On le voit aussi bien dans le fond que dans la forme. Ce moyen métrage de 40 minutes n’est accepté nulle part dans les festivals à cause de sa durée qui ne rentre dans aucune case.

C’était d’ailleurs le but de ce film, faire ce que je veux sans me préoccuper des formats, des principes. Et à la fois comme je l’ai dit tout à l’heure, les Gardiens de la Matrice était un test. Ce n’est pas l’histoire qui est importante dans ce film mais les thèmes qui sont abordés et les spectateurs l’ont bien compris. Il s’agissait avant tout de mettre en image ce dont personne n’ose aborder dans le cinéma. Il y a beaucoup de symboles, de clin d’œil, de synchronicités pour les chercheurs de vérité car c’est un film qui s’adresse avant tout aux chercheurs de vérité, pas vraiment à monsieur tout le monde qui risque de passer à côté de 80% du plus important. Je ne pensais pas que j’allais réussir à couvrir mes frais. Quand on voit aujourd’hui que la plupart des courts métrages perdent de l’argent, je me dis que c’est un véritable exploit, surtout sans aucune publicité, simplement le bouche à oreilles, les réseaux sociaux. Si je faisais une suite aux Gardiens de la Matrice ce serait non seulement du « rechauffé » un peu trop facile, mais ça serait aussi renier ce concept unique, cet « OVNI » en quelque sorte. Je dois aussi évoluer pour ne pas m’enfermer dans certains concepts. Ca va dans le sens que j’abordais tout à l’heure : ouvrir toujours plus son champ de vision. Vortex symbolise très bien l’élargissement de la perspective.

Le tournage et le montage du documentaire a duré combien de temps ? Comment s’est t’il déroulé ?

11 mois de réalisation en tout. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il y a un gigantesque travail de fond. Parler d’une année entière, 1947, cela nécessite des recherches dans des journaux, des livres, des archives tout en agrémentant tout cela avec des interviews. Nous avons abordé l’année 1947 sous de nombreux aspects : politique et nouvel ordre mondial, la révolution technologique, la mise en place des normes et bien entendu ufologie car cette année est probablement la plus riche dans l’histoire de l’ufologie et ce n’est pas un hasard.

Nous avons interviewé de nombreuses personnes. Tout cela demande de la disponibilité. Nous sommes aussi très fiers d’avoir pu interviewer Prospera Munoz qui a vécu un événement extraordinaire cette année là. En règle générale, il est déjà très difficile d’obtenir des témoignages à visage découvert mais en plus de plus de 70 ans ça restreint encore les probabilités. Toutes ces recherches prennent du temps. Il y a aussi tout le travail de traduction car nous avons interviewé des personnes dans plusieurs pays. Puis il y a le doublage voix. Nous avons tout fait pour que ce documentaire ressemble au travail d’un documentaire TV. Sauf que les thèmes que nous abordons, vous ne les verrez jamais dans un documentaire TV. Ce documentaire est un véritable challenge, tout comme le premier documentaire d’ailleurs. Nous avons tenu avec Marc à réaliser quelque chose d’unique. A l’origine, le documentaire devait sortir en décembre 2017 mais quasiment chaque jour nous trouvions avec marc de nouvelles choses dont il nous semblait impossible de faire l’impasse. Je dois avouer que le montage a été très difficile. Parfois c’était un véritable sac de nœuds pour tout trier, le travail sur les images, l’illustration des propos de la voix off. Il faut parfois croiser très profondément avant d’obtenir une pépite. Sans rentrer dans les détails, l’aboutissement de ce travail est un véritable soulagement car j’avais l’impression de ne pas en voir le bout. Il y avait quotidiennement des choses à insérer, ajouter, améliorer, corriger. Quand je dis 11 mois de travail, c’est sincèrement 11 mois de travail intense. Ca vraiment été plus difficile que le premier documentaire mais j’espère que tout cela en vaut la peine et que les spectateurs apprécieront le résultat final.

N’oublions pas que ce documentaire dure 2h30, alors que le premier faisait un peu plus d’une heure. Là aussi un documentaire de cette durée c’est du jamais vu, preuve aussi que l’année 1947 a été exceptionnellement riche et unique dans l’histoire de l’humanité.

 Merci à Michel d’avoir pris de son temps pour répondre à mes questions. 00023759.jpg

Pour un bon cadrage, il ne faut pas trop voir le haut, sur un cadrage d’une personne mieux vaut cadrer au ras du haut de la tête, plutôt qu’au bas, car le haut est vide, il faut éviter de faire apparaître trop de vide.

Conseil de Michel Rousseau à Marc Gray et à sa femme

 

Cookeo, Cuisine, Non classé

GRATIN DAUPHINOIS OU POMME DE TERRE A LA DAUPHINOISE AVEC OU SANS COOKEO.

J’ai pris ces deux recettes sur deux livres différents,Cuisiner au robot cuiseur et 200 recettes rapides et inratables , le premier ce sont des recettes pour le cookeo, le deuxième se sont des recettes facile et rapide pour cuisiner sans robot.

La première version avec cookeo pour 4 personnes:

INGREDIENTS 

  • 800g de pommes de terre
  • 2 gousses d’ail
  • 15cl ou 150g de lait
  • 10cl ou 100g de crème liquide entière
  • 30g de beurre
  • noix de muscade (une pincée devrait suffire, mais c’est selon le goût de chacun).
  • sel et poivre.

 

 

P1020626.jpg

 

RECETTE POMME DE TERRE A LA DAUPHINOISE

Oter la peau des pommes de terres et couper les en rondelle, pour cela utiliser soit le couteau, soit la mandoline, pour les débutant en cuisine, non la mandoline en cuisine ce n’est pas un instrument de musique, vous aurez énormément de mal à couper une patate avec… y en a qu’on essayé, ils ont eut des problèmes .

Personnellement je me sert de la mandoline, Tupperware, elle est bien aussi pour les enfants lorsque bien sur on apprend à son enfant à se servir d’un objet dangereux.

 

P1020526.JPG

 

Mettre dans un saladier les patates, les gousses d’ails non pelées, le lait et la crème, saler, poivrer et rajouter une pincée de de noix de muscade. Mélanger le tout.

 

P1020630.JPG

 

Allumer le cookeo, aller dans le mode manuel, cuisson sous pression, verser dans la marmite les aliments du saladier et programmer 7 minutes et départ immédiat si vous souhaitez manger rapidement.

 

 

L’auteur du livre conseille de vider la cuve sans attendre, pour éviter que les pommes de terre ne s’accrochent, donc pas de maintient au chaud, à déguster rapidement.

Maintenant passons à la recette du livre 200 recettes rapides et inratables, pour 6 personnes:

INGREDIENTS:

  • 2kg de pommes de terre
  • 1 gousse d’ail
  • 35cl ou 350g de crème liquide entière à 15%
  • 35cl ou 350g de lait
  • 2 pincées de noix de muscade
  • sel et poivre

 

 

P1020524.JPG

 

RECETTE GRATIN DAUPHINOIS

Eplucher l’ail et hacher le sur un plat à gratin.

 

P1020527.JPG

 

Peler les pommes de terre et couper les en fines lamelle à l’aide d’un couteau ou d’une mandoline. Comme je le disais précédemment, j’utilise la mandoline Tupperware, et mes enfants aussi vu que je leur ai appris le danger de l’appareil.

 

P1020528.JPG

 

Ajouter les pommes de terre sur l’ail écrasé dans le plat à gratin. Assaisonner.

Mélanger le lait et la crème et déverser le mélange sur les pommes de terres, saupoudrer le tout de noix de muscade.

 

P1020533.JPG

 

Mettre au four 1h15 à 180° (thermostat 6).

 

 

P1020535.JPG

MON AVIS

  • Ce que j’aime

La première recette avec le cookeo est rapide on passe directement à la cuisson sous pression. Elle est très bonne , on a évidemment pas le dessus gratiné, mais elle reste une très bonne recette.

La deuxième sans le cookeo et au four, la préparation est tout aussi rapide, la cuisson bien évidemment au four est longue mais on a un dessus gratiné d’où le nom de gratin.

Dans les deux recettes je n’ai pas de préférence, mon mari et mes enfants non plus, on a aimé les deux, et cela nous donne deux versions, une rapide si on a peu de temps, et une recette un peu plus longue si on a du temps.

  • Ce que j’aime moins:

Le temps de cuisson du gratin dauphinois au four, plus d’une heure c’est long, on a le temps de faire le ménage, parler à ses voisins, danser le tango dix fois et courir cinq kilomètre à cloche pied dans les bois…

Ce n’est pas un plat complet, il faut rajouter de la viande et des légumes.

 

L’érotisme à deux se prépare, et se rate ou se réussit comme un gratin dauphinois.

Au coin de la rue, l’aventure – Pascal Bruckner

Dessert, Non classé

PANCAKE DE MARTHA STEWART

Wonderpetasse ne jure que par ces pancake j’ai d’ailleurs repris la recette qu’elle avait traduite, elle est une pro de l’anglais.

Je me suis acheté le Snack collection tefal sur ses conseils et parceque je trouvais l’idée du gaufrier à plaque interchangeable super, je comptais d’ailleurs me prendre le moule à pancake mais c’était sans compter le succès de ces plaques qui en fait un article introuvable, ou livrer deux mois après, et une forte augmentation du prix de ce dit objet…

Mais comme je crois beaucoup au signe, si l’objet est introuvable et cher, c’est qu’il n’est pas pour moi, j’ai donc laissé tomber cette plaque et je suis assez fière de moi sur ce coup car mon appareil Tefal était livré avec la plaque à gaufre et la plaque à croque monsieur, c’est une jolie petite plaque toute mimi et livré avec des recettes, dont une de pancake, je n’ai pas encore testé cette dernière. J’avais donc un moule à pancake, super mignon.

P1030196.jpg

Au lieu de pancake tout rond comme tout le monde, j’aurai des pancakes comme des coquillages, et je pourrais m’imaginer sur la plage d’une île déserte, avec pour vue palmier, sable chaud, océan à perte de vue, quelques bateaux au large,…

Revenons à nos pancake, la recette est tellement simple et rapide, qu’il n’est pas utile de la faire dans un robot (thermomix, companion,cookin,…), donc moins d’éléments à nettoyer.

INGREDIENTS pour 12 pancakes

  • 210 g de farine
  • 30 g de sucre 
  • 2 g de sel
  • Une demi cuillère à café de bicarbonate, environ deux grammes ou un sachet de levure chimique
  • 1 oeuf
  • 300 g de lait
  • 40 g de beurre fondu
  • Un peu d’huile neutre (tournesol ou pépin de raisin) ou beurre, si vous faites les pancake à la poêle, pour le moule de Tefal, vous n’en aurez pas vraiment besoin, ces moules n’accroches pas, je les huile jamais.

P1030335.JPG

RECETTE

Dans un petit saladier, mélanger toutes les poudres (farine, sucre, sel et bicarbonate ou levure) ensemble, puis faire un puits au centre.

Dans ce puit, incorporer les liquides (Oeuf battu, lait et beurre fondu), mélanger bien et laisser reposer dix minutes ou la nuit (histoire de faire travailler la levure ou le bicarbonate).

 

P1030336.JPG

 

Ensuite, il ne reste plus qu’à faire cuire:

Dans une poêle préalablement huilé: Mettre une louche et comme les crêpes, quand ça fait des bulles c’est que c’est cuit d’un côté, retourner de l’autre côté et laisser cuire une minute quand c’est doré c’est cuit.

Dans le snack collection: Mettre une louche dans chaque empreinte, refermer l’appareil, lorsque le voyant vert s’allume, c’est prêt. Vous avez un côté plat et un côté coquillage, c’est trop beau, j’adore.

 

 

 

MON AVIS

 

  • Ce que j’aime:

Ces pancakes sont excellent, wonderpetasse  a raison, moelleux, même le lendemain ils gardent leurs douceurs. La forme de ces pancakes je suis fan, c’est tellement original, fallait y penser, et heureusement Tefal m’a donné l’idée.

  • Ce que j’aime moins

Rien, recette rapide et efficace.

 

Plus vous vous adaptez, plus vous êtes intéressant.

Martha stewart.

Cuisine, Non classé

POULET SOUVENIR DU PLAZZA HOTEL

Mon fils a emprunté un livre de cuisine à la bibliothèque… et il n’a pas choisi le plus facile « Cuisine des amis en Provence« , il souhaitait cuisiner à partir d’un livre, d’habitude soit il invente, soit il suit une de mes recettes.

Je lui ai dit de choisir une recette, faire une liste des ingrédients et d’aller faire les courses, enfin bien évidemment il n’a que neuf ans donc j’ai été avec lui les faire et il a pris ses ingrédients tout seul.

C’est une recette de Caroline de Monaco.

INGREDIENTS pour six personnes

  • 1 cube de bouillon de volaille (recette ici )
  • 1 bouquet d’aromate (thym, laurier, romarin, queues de persils, alors pour ce dernier, mon fils que j’avais envoyé chez son grand père pour récupérer tout ses ingrédients, revint et me dit « maman, papy m’a dit que dans les livres il marque queue de persil, mais ça n’existe pas, c’est du persil » .
  • 4 blanc de poulet (il me restait des aiguillettes de poulet dans mon frigo c’est la seule chose qu’il n’a pas eut à acheter, je lui ai dit de s’en servir).
  • sel.

Pour la sauce béchamel

  • 50g de beurre
  • 40g de farine
  • 50cl ou 500g de lait

 

Pour la sauce hollandaise:

  • 4 jaunes d’oeufs
  • 150g de beurre
  • vinaigre de xérès.

 

RECETTE

Dans une grande casserole d’eau que l’on porte à ébullition, incorporer le cube de bouillon, le bouquet d’aromate, le sel et le poulet. Laisser cuire 5 minutes tout en laissant bouillir. Eteindre le feu et laisser refroidir le poulet dans le bouillon.

 

 

Lorsque le poulet est tiède ou froid, comme j’ai dit à mon fils « dès que tu peux y mettre les doigts, c’est que le poulet et l’eau a refroidi c’est bon tu peux les couper », couper le poulet en lamelle, Caroline de Monaco conseille 5 mm, mais mon fils trouvait que c’était très petit, donc je lui ai dit « coupe en lamelle, tu fais comme tu veux ou comme tu peux, tu es libre ».

Préparer le béchamel, alors pour cette étape j’avais dit à mon fils « prépare les ingrédients et ensuite on fera la recette »… sauf qu’il a tout mélanger d’un coup au fur et à mesure que je lui disait les proportions des aliments… Du coup je lui ai dit « ben cuit le tout et remue tout le temps, au bout d’un moment ça deviendra épais » et c’est ce qu’il a fait, et franchement il s’est bien débrouiller. Comme il m’a dit « c’est ma première recette, c’est normal que je me trompe, je suis pas un grand cuisinier ».
Pour vous Chauffez le beurre, ajouter le farine petit à petit, remuer en même temps pendant huit minutes, ajouter le lait bouillant, saler poivrer et laisser cuire à feu doux pendant dix minutes.

Ensuite ajouter le poulet, et continuer la cuisson 4/5 minutes, le temps de faire la sauce hollandaise.

 

P1020753

 

Mettre les jaunes d’oeufs dans un bol et mettre le bol dans une casserole d’eau.

Fouettez les oeufs jusqu’à épaississement, ils vont aussi devenir mousseux.

Ajouter le beurre en petit morceaux, saler, poivrer et verser un filet de vinaigre de xérès.

 

P1020758

 

Mélanger la sauce avec le poulet en béchamel.

 

P1020760

 

Votre plat est fini , bonne dégustation.

 

P1020761

 

MON AVIS 

  • Ce que j’aime:

Cette recette toute simple est un délice, on a félicité mon fils, qui malgré quelques petites erreurs, a réussi un plat servi dans un grand hôtel. Je n’ai jamais faite de sauce Hollandaise, et je ne savais pas que c’était si simple, j’en referais certainement.

  • Ce que j’aime moins

Le fait que mon fils ait cuisiné, cela lui a montré la quantité d’ingrédients dont on a parfois besoin dans les recettes, il n’a donc cessé de dire « c’est rempli de beurre, c’est gras » lol, je lui ai dit que c’était souvent le cas. Mis à part la quantité de beurre, c’est un plat exquis et qui n’est pas très cher, accompagné de riz et d’une salade, ça forme un repas fin et délicat que je pourrais faire si j’ai des invités avec une salade de fruit pour le dessert pour que se ne soit pas un repas trop riche.

 

Cookeo, Dessert, Fête, Non classé

PETITS POTS DE CREME BANANE NUTELLA AU COOKEO

J’ai déjà fait une fois un dessert dans le cookeo, c’était une crème au chocolat, c’était bon, mais je n’en ai pas fait d’autre. Je n’ai pas l’idée de les faire à l’intérieur, puis on ne mange pas des dessert autre que des fruits ou compotes, j’inculque à mes enfants l’équilibre alimentaire.

Dans le livre « Cuisiner au robot cuiseur », j’avais envie de gouter à cette recette, j’étais curieuse de connaître les saveurs que cela donnerait, ainsi que la texture. Vous pouvez trouver le livre sur Amazon:

 Cuisiner au robot cuiseur

INGREDIENTS

1/2 banane

3 cuillères à soupe de Nutella (vous me connaissez, ici pas de produit à l’huile de palme, c’est donc tout naturellement que j’ai mis trois cuillères à soupe de ma pâte à tartiner facçon Nutella recette ici: https://emilievousdittout.blog/2017/02/03/pate-a-tartiner-facon-nutella-au-thermomix/ )

20 cl ou 200g de lait

10cl ou 100g de crème liquide entière

1 jaune d’oeuf

1 1/2 cuillère à soupe de fécule de maïs.

20cl ou 200g d’eau, pour la cuisson.

P1020569.JPG

 

RECETTE

Dans 4 petits pots de yaourt en verre, ou 4 petits ramequin, répartir les dés de la demi banane préalablement découpée.

P1020571.JPG

 

Dans un saladier, préparer la crème en mélangeant tout les ingrédients citer ci-dessus au fouet.

 

P1020570.JPG

 

Lorsque le crème est bien mélangée, la verser sur les bananes dans les différents pots.

 

P1020573.JPG

 

Pour éviter que l’eau de la vapeur ne retombe sur les pots, couvrez les de film alimentaire spécial cuisson. Spécial cuisson pour éviter que le film fonde.

Placer les petits pots dans le panier vapeur du cookeo.

Allumer le cookeo et aller dans le mode manuel, sélectionner Cuisson sous pression et déverser l’eau dans la marmite de l’appareil. Ajouter le panier rempli à l’intérieur de la cuve sur l’eau et programmer 8 minutes, appuyer sur ok et départ immédiat.

Lorsque la cuisson est fini, je vous conseille d’attendre un peu avant de prendre le panier, que le tout refroidissent, prenez ensuite le panier et placer les petits pots de crème au frais pendant 4 heures au moins.

 

P1020580.JPG

 

MON AVIS 

  • Ce que j’aime:

Cette crème a une texture un peu comme un flan, les bananes fondent pendant la cuisson du coup on a aucun morceau quand on la mange. Elle est bonne, on sent le goût de la pâte à tartiner plus que la banane, il y a cependant un léger goût banane aussi. Mon mari ayant du mal avec la texture l’a mélangé pour avoir une crème et il a préféré comme cela. Mes enfants l’ont aimé, même mon fils qui est dans sa période « j’aime pas quand c’est un plat fait par maman, mais j’aime bien quand c’est fait par tatie ou papy ».

Faire un repas entier en une demi heure plat plus dessert, c’est juste parfait, j’adore ce robot!

Cette crème pourrait peut être aussi se faire avec de la confiture en remplaçant le nutella par la confiture.

  • Ce que j’aime moins: 

Je dirais peut être la texture, qui est entre le flan et la crème, mais ça n’altère en rien le goût et il suffit de mélanger. C’est pas la meilleure crème que j’ai mangé, mais elle est bonne quand même.

Non classé, Sujet divers

LE BIDET

Je fais un article ici, car je me rends compte que les gens ne savent pas ce que c’est, et que cet article va bien avec la saison lol après les fêtes…

J’ai eut honte que mes propres enfants ont longtemps pensé que c’était un lavabo pour enfant, car petits je leur faisais laver leur main dedans, chez mes parents les bidets ne servaient plus du tout depuis des années… J’ai eut honte car je ne leur avait même pas appris à quoi cela servait à la base…

Mon mari lui en avait vu mais ne savait pas trop quel en était l’usage avant de me rencontrer.

Je me souviens même d’une petite fille belge, qui avait fait ses besoins dedans et ne comprenait pas que la chasse ne fasse pas partir la matière fécale…

Qu’est ce qu’un bidet?

Ca ressemble effectivement à un petit lavabo, de la taille d’un petit enfant d’un an ou deux.

Il sert tout simplement à se laver les parties intimes (vagin, anus) soit de manière quotidienne, soit après avoir été aux toilettes. Le papier toilette ne nettoie pas correctement, et je me souviens à l’époque chez mes parents qui avaient une fosse septique, les toilettes pouvaient se boucher régulièrement donc on ne devait utiliser que peu de papier toilettes, si on était sale on utilisait le bidet.

On se mettait donc dos au robinet du bidet, on allumait le robinet et hop avec la main on nettoyait. Cela peut vous paraitre sale, mais au contraire, c’est très propre car à la fin de notre nettoyage, on nettoyait le bidet.

Le bidet servait aussi à se nettoyer les pieds, d’ailleurs ça sert encore dans certaine maison.

De nos jours plus beaucoup de personne ne l’utilise, les vieilles maisons en possèdent encore, mais les gens ne l’utilisent plus et certains l’enlève lors de la rénovation.

Le bidet a une évolution cependant, les Japonnais ont repris l’idée et on créé ce qu’on appelle chez nous « les toilettes japonaises », ils ne se nettoient plus avec le papier toilettes, ils se nettoient directement sur leur wc, une douchette nettoie les parties intimes.
Il suffit d’appuyer sur un bouton ou une télécommande selon les toilettes japonaise, et une petite douchette nettoie les parties intimes, même plus besoin d’utiliser ses mains, c’est encore plus hygiénique.

Le célèbre youtubeur Squeezie qui teste les toilettes japonnaise:

Bon ok, les gens qui n’étaient pas habitué aux bidets, ça peut leur faire bizarre les toilettes japonaises… lol

Les toilettes japonaises ne sont rien d’autre que le descendant des bidets, installée directement sur les toilettes.

En Italie cependant, les bidets sont présent dans les maisons. En Inde, ils vont aux toilettes avec une bouteille d’eau.

La tendance commence cependant à changer en France et dans de nombreux pays, car l’usage du papier toilette serait moins écologique que d’utiliser de l’eau. Entre la petite douchette qu’on installe près des WC (moins cher à installé), le bidet, la bouteille d’eau et les toilettes japonaises (compter plus de 1000 euro pour ses dernières), on a de quoi avoir le cul tout propre et ceux sans abattre des arbres.

 

Napoléon premier

Descend les escalier

Demande à son boucher

Où sont les cabinets?

Le boucher lui répond

Espèce de cornichon

Quand on est caporal

On file dans le canal.

Chanson populaire que l’on chantait petite dans les écoles, en jouant avec nos mains et une camarade.