Quand il fait beau, vous savez ici c’est jardinage ou promenade, et parfois les deux dans la même journée lol.

Nous avons voulu retourner là où nous nous promenions souvent il y a 10 ans avec ma fille encore bébé, Oppède le vieux, c’est un joli village dans le Luberon, accessible par un joli parc arboré et bien entretenue qui au fur et à mesure que l’on monte vers le vieux village on découvre un beau paysage sur les alentours.

Attention, ne confondez pas, il y a le village d’Oppède, et à côté Oppède le Vieux, le vieux village.

Le parking est payant trois euro à la journée pour une voiture et 5 euro pour une caravane ou camping car.

 

 

 

 

 

Le parking se trouve à l’entrée du parc, qui lui même se trouve en bas du village. C’est accessible en poussette, fauteuil roulant, il y a un chemin plat qui monte légèrement, l’été c’est ombragé, il y a des arbres partout, c’est agréable et très silencieux!

 

 

 

 

Et plus on monte vers le village, plus la beauté caché derrière les arbres se révèlent devant nos yeux.

 

 

 

 

 

Et la ville a tout prévu, on a des petits bancs pour s’assoir et prendre le temps de voir.

oppède le vieux 16.JPG

 

Il y a pas mal de parcours pour randonneurs, et les gens que l’on croise on tous le sourire!

A la fin du parcours du parc, quand on rentre dans le vieux village, il y a un petit bar rustique, vous pouvez vous y arrêter pour vous désaltérer, le village est agréable.

 

 

Il serait bête de s’arrêter ici, à mi parcours, car non ce n’est pas fini, si vous souhaitez avoir une vue plus dégager sur les environs, il faudra encore monter jusqu’à la Collégiale, elle parait haute, mais même avec des enfants à bas âge la monté se fait, par contre ça sera plus difficile en poussette mais pas impossible ou en fauteuil roulant.

 

 

Et comme toujours, quand on arrive en haut, on a cette magnifique vue

 

 

Et l’on voit la collégiale Notre-Dame d’Alidon.

 

 

 

Côté potin, c’est dans ce village qu’habite Michel Leeb et sa femme depuis plus de 15 ans, chaque année l’humoriste fait même un festival, où il appelle ses « amis » artistes pour venir jouer dans le village, ils viennent bénévolement et les bénéfices vont à la restauration de la la collégiale Notre-Dame d’Alidon. Il s’investit, lui et sa femme, dans le village.

 

 

“Le petit écran a étendu les frontières du village et du quartier à la dimension du globe.”

De Hervé Bourges / Les Dossiers de l’Audiovisuel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :